MAISON DAELIA

Contactez-nous

ouvert du lundi au vendredi de 9H30 à 18H30

01 46 51 26 03

32, rue George Sand 75016 PARIS

Contactez-nous du lundi au vendredi
de 9H30 à 18H30

01 46 51 26 03
32, rue George Sand 75016 PARIS

Contactez-nous du lundi au vendredi
de 9H30 à 18H30

01 46 51 26 03
32, rue George Sand 75016 PARIS

Hospimédia parle de Maison DAÉLIA.

Le centre d’accueil à la journée non médicalisé Maison Daélia, entreprise de l’économie sociale et solidaire parisienne, développe deux nouveaux programmes d’accompagnement, pour les personnes âgées diabétiques et porteuses du VIH. Comme pour l’ensemble de ses projets et depuis sa création, le centre finance cette nouvelle démarche sur ses fonds propres. « Nous ne rentrons dans aucune case« , concède Célia Abita, fondatrice de la Maison Daélia. Le centre accueille par petits groupes des personnes âgées et propose, chaque demies-journées, un atelier de stimulation cognitive et un atelier moteur.

Convaincue des bienfaits de ce modèle intermédiaire entre le domicile et l’Ehpad et de la nécessité de prendre en compte les spécificités des personnes âgées et de leur vécu, Célia Abita a souhaité proposer de nouveaux accompagnements pour les personnes porteuses du VIH notamment. « Avec la trithérapie, des effets secondaires pénibles apparaissent« , comme une réorganisation des graisses ou la surinflammation de nerfs au niveau de la plante des pieds, souligne la fondatrice du centre. L’objectif du programme est donc de soulager les effets de cette infection.

Un appel à soutien

Pour mener son projet à bien, la Maison Daélia s’est associée à Lucky link, entreprise qui crée du lien entre différents acteurs de la santé. Elle est chargée de monter des groupes de réflexion avec des personnes diabétiques et porteuses du VIH « pour que nous puissions définir la meilleure prise en charge possible« . Le projet sera « comme toujours » supervisé par un médecin. Célia Abita a fait le choix de cette démarche autour de deux affections de longue durée, dont une beaucoup plus répandue que l’autre, afin de réaliser une mesure d’impact social.

L’entreprise a lancé un appel pour mobiliser des soutiens. Tous les acteurs, professionnels de santé, associations de patients, aidants ou encore collectivités, sont appelés à participer à la mise en place des ateliers de ce programme. « Je suis pleine d’espoir« , lance Célia Abita. Les accompagnements proposés par le centre ne bénéficient d’aucun financement et sont donc entièrement à la charge des bénéficiaires. Néanmoins, une fois un programme mis en place, le centre peut répondre à des appels à projets. « Lorsque nous gagnons, nous pouvons espérer obtenir un budget suffisant pour offrir l’accompagnement à une population plus modeste« , détaille la fondatrice. La Maison Daélia aimerait débuter ses deux nouveaux programmes au 1er janvier.

Une « boîte à outils« 

Ateliers sur l’ensemble des mémoires, travail sur l’équilibre, automassages, les accompagnements sont variés. Ils s’organisent systématiquement autour de douze séances. Le centre compte trois équivalents temps pleins et emploie toujours deux stagiaires, dont un jeune en situation de handicap, accueille deux bénévoles mais aussi une soixantaine d’intervenants par mois. « Nous sommes une solution intermédiaire, une boîte à outils« , reprend Célia Abita, qui plaide pour le déploiement de cet accompagnement différent. Avec la crise sanitaire et la nécessité de maintenir le lien et l’accompagnement des personnes âgées, le centre se déploie de plus en plus à domicile et a même déposé une demande d’autorisation afin de devenir service d’aide et d’accompagnement à domicile (Saad).

Pour permettre le développement de ce type de centres d’accueil à la journée, Célia Abita travaille actuellement à la reconnaissance de cette approche par les mutuelles et via une démarche de défiscalisation. « Nous en sommes au tout début mais nous sentons que ça bouge« , assure-t-elle. La Maison Daélia continue de développer ses activités, elle vient de signer une convention avec la Fondation Jérôme Lejeune afin d’accueillir des personnes porteuses de trisomie 21 et touchées par la maladie d’Alzheimer.

Facebook

La Maison Felippa devient La Maison Daélia

X